Frederic francois on comprend toujours quand c'est trop tard